Projet

Un site pour analyser et anticiper le retour de la géopolitique en Europe

Depuis la Deuxième guerre, mondiale, l’Europe avait voulu quitter la géopolitique. « L’étude des rivalités de pouvoir(s) et/ou d’influence(s) sur un territoire donné », selon la définition d’Yves LACOSTE, ne pouvait plus intéresser un continent voué à la paix par le droit. Saturée de guerres, de rivalités et de tensions entre puissances depuis plusieurs siècles, l’Europe a souhaité exclure la force des relations internationales. Voeu pieux ou idéal continental, la violence était officiellement bannie de la construction européenne.

Mais, depuis une décennie, la violence est redevenue une force incontournable dans les relations à l’intérieur de l’Union européenne et dans ses relations avec ses voisins. A l’est, l’annexion de la Crimée par la Russie a brisé le tabou de l’intangibilité des frontières. Au sud, le Moyen-Orient, la Méditerranée orientale et le Maghreb sont les champs d’affrontement de forces considérable. Tensions en Arctique et en Baltique, fictions en Europe centrale et orientale, conflits au Levant, migrations du sud est et du sud, tous ces phénomènes contraignent l’Europe à se replonger dans ce qu’elle voulait oublier ou ignorer : la géopolitique.

L’Europe est aujourd’hui le lieu où s’élabore la géopolitique du 21ème siècle. EurAsia Prospective est une plateforme de réflexion et de discussion consacrée au retour de la géopolitique en Europe. Fondée sur l’expertise de ses contributeurs en  sciences politiques, relations internationales, économie et philosophie politique, elle fournit régulièrement des analyses sur les relations entre l’Europe, la Russie et tous les acteurs de la zone. L’approche idéologique sert trop souvent les propagandes respectives des camps en présence. La sobriété d’un point de vue réaliste semble aujourd’hui hautement nécessaire au continent.

A site on the comeback of Geopolitics in Europe

Since World War Two, Europe has wished to leave the realms of geopolitics. Indeed, the “study of power struggles and / influences on a given territory” (according to the definition given by Yves LACOSTE) could not hope to interest a continent bent on achieving peace through the rule of law. Saturated by centuries of war, rivalries and tensions between actors, Europe wished to exclude violence and force from international relations. As a pious wish or a continental ideal, violence was officially banished from the European construction.

For at least a decade now, violence has become an unavoidable force once more in the power struggle within the European Union as well as its relations with neigbouring countries. To the east, the annexation of Crimea by Russia has blown away the taboo of the intangibility of boundaries. To the south, the Middle East, the Eastern Mediterranean and the Maghreb have become important battlefields. Tensions in the Arctic and in the Baltic sea, frictions in central and eastern Europe, conflicts in the Levant, migrations from the south east and the south – all of these phenomena are forcing Europe to rediscover what it had desperately striven to forget: geopolitics.

Today, Europe is the hub of 21st century geopolitics. EurAsia Prospective is a forum for reflection and debate on the return of geopolitics in Europe. Based on the expertise of its contributors in political science, international relations, economics and political philosophy and thought, EurAsia Prospective regularly publishes analyses on the relations between Europe, Russia and neigbouring actors. Whilst an ideological approach often merely serves the interests of the political camps, a realistic point of view relying heavily on the sobriety and the seriousness of the evidence put forward seems necessary today.

1 commentaire

  1. L’ÉTAT DE DROIT & LA STABILITÉ POLITIQUE AU SERVICE DE LA PAIX DOIT PRIMER EN GÉOPOLITIQUE DANS TOUS LES DOMAINES PUBLICS AINSI QUE DANS LES AFFAIRES EN GÉNÉ.RAL. LA RUSSIE NE SEMBLE PAS ÊTRE CLAIREMENT ENGAGÉE, PROACTIVEMENT & PRIORITAIREMENT EN CE SENS, DANS SES RAPPORTS À L’ÉTRANGER. SERAIT-CE UNE QUESTION D’APPARTENANCE AUX PAYS NORDIQUES? PROBABLEMENT.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.