Scholz en Chine: un procès en sorcellerie géopolitique? (BRET-Telos)

En se rendant seul en République Populaire de Chine (RPC) le 4 novembre dernier avec de nombreux chefs d’entreprises, le chancelier allemand Olaf Scholz a déclenché de nombreuses critiques. Que ce soit sur la scène politique européenne ou à l’intérieur même de son gouvernement, les chefs d’accusation se sont immédiatement accumulés : « cavalier seul » pour des politiques français, « néomercantilisme » cynique pour les Verts allemands, comparaisons avec l’ancien chancelier Schröder, outrageusement pro-russe, etc. En quelques heures les critiques ordinaires de la diplomatie d’affaire allemande ont été convoquées.

Si l’acte d’accusation est récurrent, est-il pour autant cohérent ? Peut-on demander à l’Allemagne à la fois d’assumer sa puissance sur le plan politique et de ne pas promouvoir ses propres intérêts sur le plan géopolitique ?

Retrouvez le papier sur Telos.