Les gauches moldaves : individus, communauté, religion et géopolitique » (PARMENTIER (2/2)

Les gauches moldaves 2

Florent PARMENTIER – 16 mars 2015

EurAsiaProspective / Platzforma : Comment les gauches moldaves et françaises se situent-elles par rapport au multiculturalisme ?

Florent Parmentier : les rapports sont plus ambigus en France qu’en Moldavie sur cette question. En Moldavie, l’Etat reconnaît l’enjeu multiculturel, avec l’existence de minorités et de droits spécifiques. Et la gauche moldave est plutôt dans une logique d’inclusion des minorités dans le jeu politique, qui passe par la reconnaissance de celle-ci.

En revanche, pour la gauche française, la question se pose par rapport aux spécificités régionales et à l’immigration. La gauche jacobine s’est construite, à la Révolution, sur l’idée d’unité nationale, sur l’affirmation de la langue française au détriment des langues régionales qui étaient considérées comme contre-révolutionnaires, car sous l’influence du pouvoir religieux. L’idée même de reconnaître des identités régionales était une atteinte à la conception unitaire de la République, vue comme une nation de citoyens et non de communautés. En France, la nationalité et la citoyenneté ne font qu’un, alors qu’en Union soviétique la « cinquième ligne » du passeport mentionnait un nom de nationalité (russe, moldave, ukrainienne, etc.) à côté du statut de citoyen soviétique.

Cela étant, ce logiciel a changé pour une partie de la gauche au sujet de l’immigration, qui a remis en cause la conception assimilationniste de la nation française (consister à ne pas diviser la communauté nationale), pour penser en termes d’intégration (recherche d’un consensus autour des mêmes droits et des mêmes devoirs), voire de communautarisme (liberté individuelle de choisir son mode de vie). Cet affrontement se retrouve par exemple dans le « moment Charlie » que nous avons vécu en janvier 2015 en France ; certains intellectuels estiment que les difficultés liées citoyens de confession musulmane, regroupés dans les banlieues, viennent du fait qu’on a oublié les valeurs républicaines, quand d’autres insistent au contraire pour davantage reconnaitre les différentes communautés.

EurAsiaProspective / Platzforma : Le déclin des institutions (Eglise, syndicats, partis) ne rend-il pas plus difficile une mobilisation de la gauche pour transformer la société ?

Pour les gauches moldaves comme françaises, le déclin de certaines institutions amène à une dépolitisation risquant de décourager son électorat naturel. Les syndicats avaient cette mission d’organiser le monde du travail ; hors, la France a l’un des taux de syndicalisation les plus faibles des pays européens. La fréquentation des Eglises, malgré une mobilisation récente contre le « mariage pour tous », reste également structurellement basse. Quant aux partis, ils comptent à peine plus de membres que d’élus, et peu de militants à proprement parler. En Moldavie également, il existe une grande défiance vis-à-vis des institutions, l’Eglise restant l’institution dans laquelle les citoyens ont le plus confiance. Les partis politiques n’y sont en revanche guère plus appréciés qu’en France…

EurAsiaProspective / Platzforma : Quels sont les clivages politiques que l’on ne retrouve pas dans l’identité des gauches moldaves et françaises ?

Il y a effectivement des clivages qui ne font pas sens lorsque l’on compare les gauches respectives, et qui ne peuvent être que des sources d’étonnement réciproque : il s’agit, entre autres, du rapport à la géopolitique et à la religion.

En Moldavie, on dit parfois que les partis sont plus « géopolitiques » que politiques à proprement parler. En d’autres termes, on admet généralement que la gauche souhaite se rapprocher ou ménager la Russie, et que la droite est-elle plutôt favorable à un rapprochement avec l’UE, avec la Roumanie ou même à une fusion avec la Roumanie. En Moldavie, une partie de l’électorat de gauche est soucieux d’égalité (le PCRM), mais une autre partie fonde son vote sur une vision « orientaliste » (développement des liens avec la Russie) comme Igor Dodon (Parti des socialistes de la République de Moldavie), et une autre partie de l’électorat recherche une intégration européenne avec un souci de la justice sociale (Parti démocrate de Moldavie). Paradoxalement, le Parti libéral est également attaché à un Etat social, mais ne trouve pas sa place à gauche en raison de son orientation géopolitique très pro-roumaine.

Vu de France, c’est la proximité du PCRM avec l’Eglise orthodoxe qui surprend. L’un des combats de la Révolution française a été celui de l’émancipation par rapport au pouvoir religieux, certains mouvements étant d’ailleurs plus anti-cléricaux (lutte contre le pouvoir religieux) qu’anti-religieux (lutte contre les croyances religieuses) à proprement parler. De même, l’instauration de la République et de ses valeurs en France se fait contre le pouvoir religieux, c’est-à-dire les monarchistes catholiques, dont l’influence ne s’éteint qu’au milieu du XXe siècle. C’est la gauche qui porte les valeurs de la laïcité à l’occasion de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, même si aujourd’hui une partie de l’extrême-gauche considère la laïcité comme une source d’oppression contre les Français de confession musulmane, contraint de nier leur appartenance à une communauté d’origine et d’abandonner leur mode de vie. On comprend difficilement, vu de France, comment les défenseurs de « l’athéisme scientifique » peuvent afficher aujourd’hui une telle proximité avec l’Eglise, si l’on oublie bien sûr le sous bassement idéologique de l’Eglise orthodoxe en Moldavie, partagée entre le patriarcat de Moscou et de Bucarest. C’est encore une fois ici une logique plus géopolitique qu’individuelle qui explique ce lien entre le pouvoir religieux et le monde politique.

Entretien réalisé en collaboration et traduit en roumain pour le portail intellectuel Platzforma (http://www.platzforma.md/), animé par Vitalie Sprînceană et Petru Negură.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s