Et maintenant quelle Europe après le référendum grec ?

Les Grecs ont refusé à 61,31% la proposition de ses créanciers, se risquant à la faillite et à une sortie de la zone euro. Quelles sont les marges de manœuvre de l’Europe maintenant ? Quels enseignements peut-on tirer du résultat du référendum grec ? Et dans quelles situations les principales partie-prenantes du dossier se trouvent-elles ?

Florent Parmentier : Le référendum grec permet de lever doutes sur la volonté de l’opinion publique ; celle-ci s’avère hostile à l’austérité telle qu’elle est appliquée depuis plusieurs années, pour les trois cinquièmes des suffrages exprimés. Ce n’est pas tant l’effondrement économique sévère que l’impossibilité s’entrouvrir la sortie du tunnel qui a permis la victoire du non. De fait, le résultat grec peut être commenté à trois niveaux : celui des manifestations immédiates dans la rue, qui sont des manifestations de joie pour ceux qui sortent ; celui des opinions médiatiques, qui dans leur majorité, en France ou dans d’autres pays européens, restent favorables à l’intégration européenne ; enfin, celui des gouvernants, qui doivent tenir compte des médias et des opinions publiques, ainsi que de la compréhension de leurs propres intérêts.

Lire la suite : http://www.atlantico.fr/decryptage/et-maintenant-quelle-europe-apres-referendum-grec-2226131.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s