Des présidentielles ukrainiennes aux élections européennes (Bret sur Telos)

Le 31 mars, les Ukrainiens se rendront aux urnes pour élire leur président. Cela lancera un cycle politique qui conduira à un deuxième tour des présidentielles le 21 avril, à l’investiture du président le 31 mai puis au renouvellement de la Rada Suprême, la seule chambre du  Parlement, à l’automne. À n’en pas douter, les élections européennes du 26 mai seront également un moment fort pour la vie publique, même si les électeurs ukrainiens n’y prendront pas part.

La campagne ukrainienne rappelle ce que les Européens oublient trop souvent : l’Europe fait encore rêver. Elle est bien souvent le principal horizon économique et politique des voisins de l’est parties au Partenariat oriental : la Moldavie, l’Ukraine et la Géorgie ainsi que, dans une moindre mesure, le Belarus, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Au moment où ils commémorent avec douleur leurs morts dans le mouvement Euromaïdan et l’annexion de la Crimée le 18 mars 2014, les citoyens ukrainiens espèrent en l’Europe pour lutter contre leurs fléaux quotidiens : corruption, guerre, absence de perspectives économiques. À Rome, à Paris comme à Budapest, l’Europe est l’accusée. À à Kiev, elle est la solution. L’horizon. Un vivant paradoxe – ukrainien et européen à la fois.

Retrouvez la tribune ici:  Bret Telos Ukraine

logo-telos-long-640pxl6