Une confédération pour bâtir l’Europe politique et citoyenne post-Ukraine ? (PARMENTIER – Fondation Jean JAurès)

La guerre menée par la Russie en Ukraine sur le continent européen a redéfini la scène internationale. La question de l’élargissement de l’Union européenne n’a jamais été autant d’actualité. Alors qu’Emmanuel Macron a appelé récemment à la constitution d’une « communauté politique européenne », Florent Marciacq, co-directeur de l’Observatoire des Balkans de la Fondation Jean-Jaurès, et Florent Parmentier, secrétaire général du Cevipof de Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC, proposent de revenir à l’idée de François Mitterrand de Confédération européenne et de l’adapter aux réalités géopolitiques actuelles en alliant approfondissement et élargissement.

La guerre à laquelle nous assistons en Ukraine impose de nouvelles réalités géopolitiques au continent et bouscule les Européens dans leurs certitudes. Elle affecte leur rapport à la sécurité, à leurs voisinages et met l’Union européenne au défi de redéfinir les tenants de la construction européenne. La question ukrainienne, jadis chasse gardée d’États membres frontaliers aujourd’hui exposés à un flux massif de réfugiés, est devenue à proprement parler un enjeu politique pour l’ensemble du continent. Au-delà de l’aide humanitaire, financière et militaire qu’il conviendra de fournir à l’Ukraine pour de nombreuses années, c’est avant tout par une initiative politique que les Européens doivent se réinscrire dans leur histoire et leur géographie et ainsi répondre aux défis de notre époque tant à l’Est de l’Union que dans les Balkans occidentaux.

La « communauté politique européenne », proposée par Emmanuel Macron le 9 mai dernier à Strasbourg, est une piste prometteuse, dont le niveau d’ambition pourrait correspondre à l’ampleur historique des défis qui façonneront l’avenir de l’Europe ces prochaines décennies1. François Mitterrand aimait à dire que la géopolitique de l’Europe a besoin d’une théorie des ensembles. Cette communauté politique européenne peut-elle dès lors connaître un autre sort que la Confédération européenne imaginée et portée par le président français entre 1989 et 1991 ? Sans doute, à condition de dépasser le projet d’origine, de l’adapter aux nouvelles réalités des années 2020, et d’en faire la tête de pont politique du projet européen, pour qu’en son sein grandisse une nouvelle génération de citoyens européens partageant une seule et même culture démocratique.

Dans les semaines qui viennent, l’enjeu, en somme, sera de dessiner les contours d’une confédération des citoyennes et des citoyens européens qui contribuent à la fois à l’approfondissement et à l’élargissement de la construction européenne, et à la constitution d’un nouvel ordre politique européen compatible avec les acquis de l’Union.

Le document peut être téléchargé ici.