Elections législatives : le système politique ukrainien en octobre 2014

imagesFlorent PARMENTIER – 25 octobre 2014

Dimanche 26 octobre, les Ukrainiens se rendront aux urnes pour les élections législatives. Pour mieux cerner les enjeux du scrutin, Florent PARMENTIER, politologue et expert de la région, explique et analyse les principes du système électoral et du jeu politique ukrainien. Un éclairage indispensable dans la relative confusion qui entoure ces élections.

Les élections législatives permettent d’élire les 450 députés de l’Ukraine, dont 50% seront élus par scrutin de liste, et 50% au système majoritaire. Le graphique ci-dessous présente le système politique ukrainien à la veille de ces élections, avec le positionnement des principales forces.

 

Syst politique ukrainien

Quelques remarques sont nécessaires sur l’évolution du système politique depuis les législatives du 28 octobre 2012, suite aux événements des derniers mois :

– le grand enjeu est de savoir si le parti présidentiel, le bloc Porochenko, obtiendra une majorité au Parlement afin de soutenir l’action du Président, qui avait recueilli la majorité au premier tour en mai dernier. S’il veut mettre en place sa politique et trouver des compromis politique avec les séparatistes, sous forme d’une large décentralisation, il lui faudra une certaine marge au Parlement. Le Front populaire pourrait constituer le deuxième force de la coalition, plus sourcilleuse sur la question du conflit. On peut imaginer sans peine qu’il s’agit d’un partage des rôles.

– le « parti de la guerre« , comprenant le Front populaire, le Bloc Timochenko et le Parti radical, préfère poursuivre le conflit à l’Est (qui n’est pas tout à fait éteint par ailleurs). Plutôt continuer le conflit que d’accepter une paix porteuse de lourds déséquilibres pour l’Ukraine, en résumé ; les vétérans de la guerre soutiendront ce type de revendications. Il faut noter que le Front populaire d’Arseni Iatseniouk et Olexandre Tourtchinov est composé de nombreux anciens acolytes de Ioulia Timochenko, ces deux derniers en faisant d’ailleurs partie.

– Les « forces d’ancien régime » vont connaître une déroute profonde et historique, ayant connu la perte d’un vivier de 5 millions d’électeurs du fait du conflit. Les groupes d’influence liés aux industries lourdes et aux mines vont s’affaiblir au sein du nouveau parlement, à la différence des agrariens et de l’agro-industrie. Le bloc d’opposition tentera de limiter les dégâts dans certaines circonscriptions, quant au Parti communiste, vieillissant, il pourrait tout simplement disparaître du Parlement. Son programme autour de la paix dans le Donbass, tout en étant favorable au rattachement de la Crimée à la Russie, lui vaudra peut-être une interdiction.

– Les « ultranationalistes » de Swoboda et Pravyi Sektor, en dépit de l’exaltation des valeurs patriotiques dans un contexte de guerre, ne semblent pas devoir faire recette. Leur style musclé leur aliène une partie de l’opinion, qui ne se retrouve pas dans leur offre politique.

– On peut noter que les activistes de Maidan n’ont pas constitué de partis autonomes : on les retrouve au sein de plusieurs d’entre eux, parfois en compagnie d’oligarques. Pour eux, le vrai défi va être leur capacité à faire des compromis : les oligarques n’ont pas disparu, certains ont pu soutenir le mouvement de contestation comme Ihor Kolomoïsky, et avoir une certaine importance aujourd’hui.

– Les partis n’étant pas encore consolidés, ce système risque encore d’évoluer au soir du scrutin et dans les prochains mois. Des changements apparaissent parfois au sein même d’une législature, et la période agitée que s’apprête à vivre l’Ukraine est propice à ce genre d’évolutions. Le Bloc d’opposition, qui s’apprête à se faire laminer, pourrait profiter à terme des tensions sociales que vont inévitablement engendrer les réformes économiques. La recomposition sera là aussi à l’oeuvre, même si ce camp paraît aujourd’hui durablement affaibli.

EurAsia Prospective reviendra sur les premiers résultats du scrutin à la lumière de ces enjeux.

Florent PARMENTIER

3 commentaires

  1. L’ukraine a t-elle vraiment une chance de survivre dans l’u.e?les europeens ont tous fait pour ruiner ce pays afin d’atteindre directement la russie.on utilise une population paisible,inconsciente et innocente a des raisons geopolitiques.l’ukraine sera bientot comme la lybie.a suivre

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire. Il n’est pas sûr que les Européens souhaitant vraiment de nouveau élargissement : on assiste au contraire à une lassitude des opinions publiques, essentiellement chez les anciens membres mais palpable jusqu’en Europe centrale. Les institutions européennes prônent donc un accord de libre-échange plutôt favorable à l’Ukraine en réalité (les marchés ukrainiens seront ouverts progressivement, il y a une aide au développement aussi parce que cela exige des réformes pour aller vers plus de transparence). La comparaison avec la Libye ne tient pas la route, la Russie évoquait auparavant plutôt le cas de la Yougoslavie d’ailleurs, mais il n’y a pas de structures tribales en Ukraine, plutôt des structures oligarchiques. Pays fragile donc, mais pas selon les mêmes lignes de fracture.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s