Pourquoi l’Europe ferait bien de ne pas oublier l’Ukraine (BRET et PARMENTIER pour Le Point)

ukraine-620-x-264

La menace terroriste de Daech ou l’élection de Trump ont détourné l’attention des Européens de la question ukrainienne. A cet égard, Cyrille BRET et Florent PARMENTIER rappellent que cet oubli ne sert pas les intérêts des Européens, dans l’hebdomadaire Le Point.

 

Chez les Européens, une certaine « fatigue ukrainienne » semble de retour. Ce syndrome est apparu au milieu des années 2000, lorsque le processus de réformes en Ukraine s’était enlisé à la suite de la Révolution orange de l’automne 2004. À l’époque déjà, la maturité politique résidait, semblait-il, chez les citoyens plus que chez les gouvernants. Ceux-ci avaient, en effet, largement manqué l’occasion de transformer le système politique, économique et social du pays, notamment en raison du poids des oligarques. Les Européens saluaient les initiatives populaires mais contemplaient avec une certaine lassitude les élites de Kiev.

Une nouvelle chance est apparue pour l’Ukraine à l’automne 2013, avec le mouvement Euromaidan, mais ces manifestations ont laissé place à un conflit dans le Donbass où l’implication de la Russie est forte. Cela démontre, si besoin en était, que l’Ukraine est un pays essentiel à l’équilibre de l’Europe, qui a des responsabilités dans son voisinage, au regard, notamment, d’une plus grande stabilité à nos frontières. On mesure à cette occasion également les attentes qui reposent aujourd’hui encore sur les capacités de transformation de la société et des institutions ukrainiennes, à l’intérieur comme à l’extérieur, des citoyens comme des créditeurs et soutiens internationaux. Les espoirs de transformation rapide seront partiellement déçus, mais l’essentiel est d’inscrire les transformations dans le temps. En 2004 comme en 2016, les Européens sont gagnés par une certaine lassitude face aux lenteurs des réformes ukrainiennes.

Résultat de recherche d'images pour "lassitude européen"

Toutefois, Européens, ne vous lassez pas trop vite des questions ukrainiennes ! Faire passer un pays d’une économie administrée et d’un système postsoviétique à une démocratie libérale et une économie de marché est un processus de très long terme, surtout quand une crise militaire gronde.

 

Pour lire la suite de l’article, voir : http://www.lepoint.fr/europe/pourquoi-l-europe-ferait-bien-de-ne-pas-oublier-l-ukraine-06-02-2017-2102720_2626.php